Перейти на версию для слабовидящих
Размер шрифта
A A A
Цветовая схема
a
a
a
Изображения
Развернуть панель
Russian Planet

Culture Voyage Langue

Echappées belles La conquête de l'Est, à travers l'Extrême-Orient russe

Situé à 8 000 km de Moscou, le «Far-East» russe, territoire extrême par sa situation géographique, n'a été conquis définitivement qu'au milieu du XIXe siècle par les tsars, qui cherchaient à étendre leur domination vers ces terres stratégique. Forêts denses et sauvages, climat extrême, les cosaques ont bataillé pour s'installer au milieu des autochtones. Le pouvoir central a tenté de peupler ce territoire par des militaires, des bagnards et des paysans, appâtés par des primes d'installation. Sybille d’Orgeval, la réalisatrice du documentaire, a suivi le cours du fleuve Amour, frontière naturelle entre la Russie et la Chine, et retrace cette épopée. 

Loin des capitales avec Google

Un nouveau projet lancé par Google présente la Russie sous un angle inattendu: la plate-forme crée une carte des initiatives les plus précieuses qui surgissent dans tout le pays. Le projet Beyond Capitals peut contribuer à mettre en lumière le potentiel des régions russes pour les entreprises, le tourisme et les organismes de bienfaisance. Russia Beyond sélectionne les cas les plus intéressants répertoriés par Google. 

«On ignore tout de la conquête du Far East russe» 

J’ai traduit pas mal de littérature nature : Vassili Peskov, Vladimir Arseniev, Pastorale Transsibérienne d’Oleg Ermakov. La Sibérie à travers mes traductions m’a tant intéressé que j’ai voulu trouver un livre qui raconte une histoire de la Sibérie, cette incroyable épopée de sa découverte, de sa conquête et de son exploration. On connaît beaucoup de choses sur la conquête du « Far West », mais rien sur la conquête du « Far East » russe. Je n’ai pas trouvé ce livre et donc j’ai écrit L’exploration de la Sibérie (1996, avec Antoine Garcia). 

Yves Gauthier




«Il faut bien s'y faire: Vladivostok, c'est au sud» 

 Jeune géographe passionné par les confins du monde, Cédric Gras a exploré la Patagonie, l'Inde, la Chine, le Tibet, a séjourné un an à Omsk avant de se voir confier la création, à Vladivostok, d'une Alliance française. Après une semaine de Transsibérien à contempler la monotonie des bouleaux, le voyageur se réjouit de découvrir la cité célébrée par Kessel et Cendrars (qui n'y est jamais allé). Le port russe sur la mer du Japon, que l'on imagine volontiers soumis au froid sibérien, est en réalité situé à la même latitude que Marseille ou Florence. Ce qui ne suffit pas à en faire un paradis méridional.